Tableaux

  • Sarracenia purpurea
  • Gentiana victorinii
  • Cypripedium acaule
  • Arisaema atrorubens
  • Trillium erectum
  • Chelone glabra
  • Iris versicolor
  • Trillium spp
  • Malus domestica
  • Hesperis matronalis
  • Convolvulus sepium
  • Echinocystis lobata
  • Fragaria virginiana
  • Ribes nigrum
  • Rubus occidentalis
  • Solanum dulcamara
  • Syringa vulgaris
  • Vaccinium myrtilloides
  • Viburnum trilobum
  • Vicia Cracca
  • Brise écarlate
  • L'alcôve des marais
  • Coeur de lune
  • La valse des clochettes
  • Pour une poussière de pollen
  • Éternelles éphémères
  • Viola
  • Noble Solanum
  • La belle de nos bois
  • L'invitée des champs
  • Bleu céleste
  • Le messager
  • Libre Rudbeckia
  • Ronce Odorante
  • Approchez-vous
  • Dialogue de pollen
  • Parthénocisse aux dentelles de bois
  • Le rêve de la clématite
  • Sabot de la Vierge
  • Petit ginseng
  • Symplocarpus
  • Les Âmes soeurs
  • Une fenêtre sur l’imaginaire
  • Viorne en dentelle
  • Émergence
  • Trille dressé
  • Tiarella cordifolia
  • Chapelet de fleurs
  • Populage des marais
  • Érythrone d’Amérique
  • Calla palustris
  • Gingembre sauvage
  • Ancolie du Canada
  • Anémone du Canada
  • Coptide du Groenland
  • Charme secret
  • Aralia à tige nue
  • L’espoir du chêne
  • Datura Stramonium à fleurs de légende
  • Propice au repos
  • À l’abri du temps
  • L’Esprit de l’île
  • Rivage doré
  • Entre deux mondes
  • Gargouillis de la rivière
  • Pyrole à la feuille d'or
  • Jargeau à la feuille d'or
  • Épilobe à la feuille d'or
  • Magie éphémère d'un matin frisquet
Calla palustris

Calla palustris

Huile sur papier marouflé sur panneau, 20 sur 25 cm

Calla palustris, Huile sur papier marouflé sur panneau, 20 sur 25 cm

Calla des marais

Calla palustris

À la fin du printemps, la magnifique inflorescence de cette plante semi-aquatique se déploie. La spathe qui entoure les fleurs éblouit par la pureté de son blanc.

Vestige de l’existence d’anciennes tourbières, le centre de l’Île d’Orléans est parsemé de zones de terres noires gorgées d’eau. Véritable éponge, ces zones accumulent l’eau et fournissent un environnement favorable à la croissance de plusieurs espèces, dont la calla des marais.

Extrait du livre « Les belles de chez nous »